Dernière mise à jour : 05/11/02

Codexdev.gif (7669 octets)

Pouf, à l'accueil !

  

Pour la You You Power Force

Chez les Anges l’existence même d’individus renonçant à leur immortalité pour quitter les rangs de l’armée divine reste inconcevable ("Ah bon, vous êtes sûr ? Mais ce n’est pas possible, voyons!") : reportez-vous à Mindstorm pour de plus amples détails. Le syndrome renégat, bien que rare, existe bel et bien et c’est logiquement Dominique qui s’est occupé de cet épineux dossier. En bon maniaque de l’ordre, il a établi toute une procédure à respecter scrupuleusement en cas de doute sur l’intégrité morale d’un Ange :

  1. Le suspect est tout d’abord convoqué au bureau du Serviteur du Jugement Dernier le plus proche par message officiel ou par son préposé aux missions.
  2. S’il répond, il subira un examen de conscience auprès d’un Ange de Joseph ou de Walther pour évaluer le poids de ses péchés, après quoi viendra s’ajouter une pénitence plus ou moins lourde pouvant aller du Grandiose Stage d’Humilité (et hop ! Soldat de Dieu pour 100 ans) au néobaptême pur et simple (Bang ! You’re dead).
  3. S’il ne répond pas, pauvre de lui, deux cas peuvent se présenter : soit le dossier est classé, ce qui arrive neuf fois sur dix si l’affaire n’a pas fait trop de vagues et qu’elle n’est pas suivie en haut lieu, soit il ne l’est pas et là l’Ange est déclaré renégat. Il ne lui reste plus qu’à courir vite et loin.
  4. La procédure "Néphilim"(Ange Déchu) est alors déclenchée : elle consiste à réunir un groupe d’intervention qui prendra en chasse le fautif après une période plus ou moins longue exprimée en mois (cf. Mindstorm).
  5. Dans le cas de Maîtres (Grade 3 connus de tous les Archanges) ou d'Anges au courant d'informations sensibles (PNJ majeurs ou PJ expérimentés), une équipe de Justes (cf. Liber Angelis) jouera les Sherlock Holmes en flairant la piste du fugitif. Ils pourront alors parlementer et proposer une solution pacifique ou violente en fonction de la réaction du traqué et de sa volonté sincère de se repentir.
  6. Dans les autres cas (PNJ mineurs et PJ débutants), ce sera au tour d’un squad de l'Ordre de Malte composé d’Anges purs de grade 2 ou plus d’entrer en action (cf. Mindstorm). Eux ne proposeront pas de réintégration... mais un allez simple pour le Purgatoire.

En cas d’échec des Justes et/ou du squad maltais, on laissera tomber et on tournera discrètement la page. Bien qu’on murmure dans les milieux les mieux informés que la course folle du renégat ne s’arrête pas là; si un Archange en fait la demande expresse, on pourra alors mettre sur le coup le plus dur des Justes, Glaive et Balance réunis, le Punisseur en personne. Et on entendra plus parler du traître. Définitivement.

Pour le Satan’s Fan Club

En Enfer, les choses sont plus simples : les renégats ne sont pas poursuivis impitoyablement par leurs pairs ; cependant Andromalius peut demander à une équipe de Démons d’éradiquer un traître mais ne mettra autant de moyens que son frère que si c’est une affaire d’État. Donc pas de squad spécialisé dans la chasse au félon.

Il est à noter que le téléphone rouge entre le Prince du Jugement et l’Archange de la Justice ne reste pas muet dans ce genre de situation délicate : on négocie les transferts, on échange des informations sur tel Ange ou Démon ayant déserté. Il n’était donc pas rare de voir des équipes du Bureau chargées de les éliminer, surtout s’ils avaient intégré un Trust. Dominique aurait même " prêté " son Punisseur : c’est dire si le prix de la liberté n’est pas amer.

Pour les autres

Les Vikings ne cherchent pas trop à perdre leur temps avec l’administration : soit le traître est déclaré Géant au terme d’un procès expéditif présidé par un juge de Tyr, soit on cherche le coma éthylique dans le pub du coin.

Les Vaudouisants sont aussi très peu pressés d’en découdre avec leurs traîtres : en vertu du célèbre " You can run but you can’t hide ", ils préfèrent lancer des malédictions à distance plutôt que de perdre de précieux éléments. Et le Grand Maître sait qu’avoir Baron Samedi sur le dos vaut tous les Punisseurs.

Les psioniques organisés en Trust sont beaucoup plus vindicatifs : tels le KGB, ils disposent de tueurs suffisamment compétents pour faire taire à tout jamais le moindre preneur de tête indélicat. Les rogues savent pertinemment ce qu’ils risquent en quittant leur organisation.

Les psis juifs suivront exactement la même politique que leurs homologues athées : le Mossad se fera un plaisir d’envoyer un sniper s’occuper d’une brebis égarée menaçant la sécurité d’Israël.

Les Musulmans, qu’ils soient Anges ou Démons, disposent quant à eux d’une arme effroyable : la loi islamique (shari'ya) qui leur permet de condamner n’importe quel blasphémateur rebelle. Résultat : rares sont ceux qui ne tremblent pas à l’idée d’avoir plusieurs millions d’intégristes terroristes aux trousses.

Les Celtes n'ont jusqu'à maintenant pas eu à se plaindre de désertions trop nombreuses : sachant qu'ils ne sont qu'une poignée et uniquement présents dans des régions où la culture celtique a perduré (Irlande, Bretagne et Écosse notamment), les risques de trahison sont pratiquement étouffés dans l'œuf. Les quelques brebis égarées ne peuvent être châtiées rapidement du fait de cette marge de manœuvre très réduite.

Souvent tapis dans l'ombre, les quelques adorateurs des Dieux de l'Égypte antique ont une manière toute particulière de régler leurs affaires de famille. Dans un premier temps, ils donneront l'impression de ne pas s'intéresser à la désertion du renégat : il pourra couler des jours heureux en fuyant dans un pays étranger. Cependant, ils manipulent le plus souvent les autres camps par l'intermédiaire d'agents spécialisés surnommés "Cobras" pour que leurs limiers fassent le gros du travail, s'arrangeant souvent pour que le déserteur apparaisse comme un danger potentiel aux yeux d'Hitupkah. Si ce dernier s'en tire à bon compte, alors on sortira progressivement l'artillerie lourde afin de pousser la cible à paniquer complètement et commettre des erreurs. Une fois le piège en place, le Cobra n'a plus qu'à la dévorer...

Un peu de psychologie

Les Renégats ne forment pas une communauté homogène : chacun porte en lui les marques d'un lourd passé qui l'a forcé à abandonner voire trahir les siens. Cependant, on peut distinguer certaines tendances révélatrices du mal-être de ces créatures à la dérive.

Les amoureux

L'amour est probablement le moteur le plus puissant et le plus commun de toutes les désertions. Que ce soit entre créatures semblables (rarement) ou non, les amoureux sont fermement décidés à laisser parler leur cœur. La plupart vont même jusqu'à fonder une famille pour goûter aux joies de la vie parentale (le cas d'Ange est resté célèbre). Bien qu'ils ne s'entraînent plus autant que par le passé, ils défendront leur conjoint et leur descendance avec hargne : ne dit-on pas que l'amour donne les ailes ou déplace les montagnes ?

Les psychopathes

Eux sont à classer dans la catégories des dangereux. Instables, violents et retors, ils sont à l'origine de manière directe ou indirecte de carnages et de boucheries sans nom. Ils commencent généralement leur carrière en tant que tueur en série et si la police ou les squads de chasseurs ne les ont pas retrouvé rapidement, ils finissent grâce à leurs pouvoirs par se lancer dans la politique ou la mafia. La vie devient pour eux un challenge constant car elle ne tient qu'à un fil.

Les déçus du système

Cette catégorie de renégats a décidé de raccrocher et de tourner la page. Pour des raisons diverses en fonction de leurs origines et de leur vécu, ils ont appris à douter et ne reconnaissent plus le bien-fondé de leur mission sur Terre. Bien qu'il existe de nombreux blasés dans tous les camps, rares sont ceux qui ont la possibilité ou le courage de tout plaquer et renoncer à leur statut d'immortel pour devenir indépendants. Leur passé finit toujours par les rattraper tôt ou tard : seuls les humains ont droit au libre arbitre.

Les mégalomanes

Les siècles aidant, certaines créatures surnaturelles estimant être capables de juger leurs supérieurs et critiquer leur activisme ou leur passivité. La vengeance ou l'ambition personnelle tourne alors à l'obsession et il faut à tout prix trouver une solution pour progresser sur la voie égocentrique qu'ils se sont fixés. C'est pourquoi naissent des organisations secrètes au service de projets plus ou moins déments. Les Forces en présence parviennent à en démanteler la plupart, mais les cerveaux ne sont pas forcément démasqués. Bien sûr, les statistiques officielles sont maquillées afin que dans l'hypocrisie générale on ne rende pas compte du sérieux problème que posent ces déviants.

© R.P. Gimenez 1999-2007

Devil inside  

Adeste Fideles

Haut de page